Auteur                 

- Fichiers complémentaires :
-›( liens [ Maths1,2 et 3] dans le menu latéral )Bas de page
  Survoler le dessin  



Sommaire:

Accueil

Brève introduction


1.Approche analytique

1.1 Première structure
1.2 Deuxième structure

2.Code graphique et code
linguistique

2.1 Fréquence des signes
2.2 Fréquence des inscriptions
2.3 Le mot probable
2.3.1 Les limites du mot probable

3.L'alphabet consonantique

3.1 Rapports entre signes et
catégories articulatoires
3.1.1 Classification articulatoire
3.2 Système consonantique de
l'écriture


4.L'écriture des mots

5.La syntaxe des mots

Pour conclure

Diego de Landa

Maths1
Maths2
Maths3




 Survoler le dessin  


 Survolez ces mots


L'ALPHABET CONSONANTIQUE.

Les  scribes  employaient  un  système  de  représentation  des  unités  phoniques  qui  témoigne  d’une conception  systémique des  signifiants  grâce  à  laquelle  une  démarche  analytique  a   rendu   possible l’identification  d'un idiome  dont  la  parenté  avec    le  parler  commun  des  Lacandons  et  des Yucatèques  ne  fait  aucun  doute  ; la correspondance  de la combinatoire des signes ,s'accomplissant comme marques de rapports phonologiques, avec celle des unités minimales (les phonèmes) de leur langue  confirme que les anciens  Mayas employaient bel et bien un procédé d'écriture de nature alphabétique .

D’un  point  de  vue  typologique,  cette  écriture  se  classe  avec  les  grands  systèmes  de  notation  de  l’ossature  consonantique  des  mots ;toutes  les  inscriptions  consonantiques  des  manuscrits, des  monuments, entre  autres  sources  de  données ,  qui  ont  été  analysées   sont  générées   à  partir   d’un  système  de  18  signes  dont  certains  s’augmentent   de  variantes  comme  cela  a  déjà  été  précisé .

Quelques-unes  de  ces  variantes  ne  figurent  pas  dans  les  tableaux   de  ce  document ; il  s’agit  notamment  des  formes  lithiques  de  [ p ], [ p’ ], [ b ]   et  de celles  du  signe  de  leur  corrélat  nasal  [ m ] .

La  distinction  phonologique  entre  les  trois  termes de  cette   corrélation  n’est  marquée  dans  aucun  texte  analysé  ; cela  signifie  qu’un même  signe  peut  correspondre  à  l’un  quelconque de  ces  phonèmes  de  la  langue  moderne.

Dans  les  manuscrits, c’est  la couleur  noire  qui   a  fonction  de  signe  :  dans  les  textes  lithiques , la  même  fonction  est  indiquée   par  une variante    hachurée  ou  non ; quant  au  corrélat  nasal , les  scribes  n’ont  généralement  conservé  que  la  partie  centrale  du  symbole  manuscrit .

En faisant choix  d’une  qualité  (la  couleur  noire )  et  non  d’un  contour  spécifique , les scribes se sont donné le moyen  d’en pouvoir  modifier  la  forme  sans  altérer  une  valeur  linguistique  qui  correspond  à  la  distribution  des  phonèmes  en  rapport  de  corrélation  dans  l’ordre  des  bilabiales  non  nasales  de  l’idiome  yucatèque  actuellement  parlé  dans  la  péninsule  éponyme.

Pour  marquer  cette  relation ,  il   a   été  fait  usage    de  trois    variantes   manuscrites   de  ce  signe  pour  toutes  les  inscriptions  (et  ce  quelle  que  soit  la  nature  de  leur  support ) comme  marque  du  faisceau  de  corrélation  à  trois  termes   [ p ], [ p’ ] et   [ b ] :  ,  et    .

La  distribution  des  occlusives  dentales  , glottalisée [ t’ ] ou  non  [ t ] , coïncide  avec    celle   de  quatre  signes :    ,  ,     et    . 

La   paire  corrélative   de  la  classe  des  occlusives  vélaires ,   [ k’ ] / [ k ]  est  représentée  par  trois  signes :   ,     et       .

Deux  signes  ont   la   fonction    des  affriquées  d’articulation  palatale    [č’ ]  /   [č] :      et    ;    le  premier  de  ces  deux  signes  correspond   également  aux  affriquées  dentales    [ ts’ ]  /   [ ts ]   . 

La  fricative  palatale [š] ou [∫] (ces symboles de l'Alphabet Phonétique International (API) notent les mêmes  chuintantes dans  ce document.)  est  substituable  dans  tous  les  cas   où  apparaissent   les    signes      et     ;   le  second  signe   vaut   aussi   pour  la  fricative  d’articulation  dentale :  [ s ] .

La  bilabiale  nasale  [ m ] , la  dentale  nasale   [ n ]  ,  la  latérale  [ l ]  et  la  semi-consonne  bilabiale  [ w ]   sont  des  unités  phoniques  à  chacune  desquelles  n’est  associé ( dans  le  même  ordre )  qu’un  seul  signe :    ,   ,      et   .

Ce quatrième signe est également ,semble-t-il,une modalité  de lexème ; c'est le seul élément auquel pourrait  s'appliquer la fonction du pronom "u": il fait partie des rares  signes dont la  relation avec une notion grammaticale est envisageable .

Il  n’ y  a  qu’un  seul  signe  en  rapport avec  la  fricative  glottale  [ h ] :     :  la  voyelle  de  grande  aperture [ a ]  est   sa  seconde   valeur  ; au plan des unités significatives , ce signe est l'indicateur du genre masculin .

Aucune  trace  de  la  semi-consonne  palatale  [ j ]   n’a  été  relevée  dans  les  textes  précortésiens ;  une    application  de  cette  valeur  à  un  élément   essiforme   n’a  donné  aucun  résultat   qui  permettrait    de  l’inclure  comme  signe  du  système .

La  dernière  analyse  de  textes    incline  à  penser  qu’il  représente  un  objet  très  précis  dont  le  nom   fait  encore problème   dans  l’état  actuel   des  connaissances .

Le  dix-huitième  signe  a  la  particularité  d’être  la  marque  d’une   articulation linguistique dont  les  positions  coïncident    principalement    avec  la  distribution de deux  voyelles  de  timbre  vélaire ,  [ u ] et   [ o ] :   ; la  valeur  consonantique [s]? est   représentée  par  ø    et   le rapport vocalique  est  indiqué  par  v-ø  .

Dans  le  classement  des  rapports  entre  les  symboles  de  l’écriture  et les phonèmes  de  la  langue  maya  ,  il  n’a été  tenu  compte  que des   valeurs  vocaliques  de  ce  signe, en  raison  du  caractère  très  marginal  de  sa  correspondance   avec  une   fricative  sifflante  qui  ne  représente  qu’un  seul  cas .

L’hypothèse  que  le  système  phonologique  de  la  forme  ancienne  du maya  péninsulaire  comportait  peut-être des phonèmes   aspirés   *-h  ou  labialisés  *   , voire une corrélation  de ces deux ordres   pour   des  séries  de  consonnes, est brièvement présenté dans "Code graphique et code linguistique".

Ce  n’est  actuellement  qu’une conjecture qu'il sera utile de développer  pour saisir plus rigoureusement l'évolution de ce parler et mieux comprendre ainsi  la nature  des relations  entre  les combinaisons de  signes et  leurs   correspondances  linguistiques  avec  l’idiome   des  Mayas ; de nouvelles  données  seront  nécessaires  avant d'envisager  l' étude d'un état présumé  de  la  langue   dans  une  perspective   diachronique . 

Abstraction  faite  de  la  semi-consonne  palatale [ j ]  dont  l’équivalent  linguistique ne  semble  pas  avoir  été  représenté  dans  les  textes  anciens  ,  tous  les  phonèmes  consonantiques et  trois  voyelles  de  la  langue   des   Yucatèques   sont  en  relation  avec  ce  système  de  18  signes  .

Aucun  signe de  l’écriture   ne  correspond  à  l’occlusive  glottale  que les  auteurs présentent   généralement   comme  un  phonème ;  cette  articulation  ne  figure  donc  pas  dans  la  présentation  par  ordres  et  séries  et  ce  d’autant  que  son classement phonémique  fait  problème.

Cette  articulation  glottale  est  une  caractéristique  des  consonnes  , dites  éjectives  ,  qui  opposent  les  glottalisées  à  celles  qui  ne  le  sont  pas ; il  n’y a  pas  deux  phonèmes  dans    / p’ / , / t’ / , / k’ /   mais  un  seul  qui  distingue  / p’ / de / p /, / t’ / de / t / et  / k’ /  de   / k / .

Outre cela , l’occlusion  glottale  qui  s’articule    avant  ou  après  une  voyelle  et  entre  deux  émissions  vocaliques   pourrait  être  conditionnée par  ce  contexte   ;  son  statut  phonologique   paraît  somme toute   discutable  .

Dans  l’idiome  des  Lacandons, cette éjective  est  vraisemblablement  une  variante  libre  dans  la  prononciation  des  voyelles  dont  l’attaque  peut  être  précédée   ou  non  par  une  occlusion  glottale ;  elle  n’est  donc  pas  pertinente.

RAPPORT  ENTRE  SIGNES   ET  CATÉGORIES  ARTICULATOIRES



CLASSIFICATION ARTICULATOIRE  DES  VALEURS  CONSONANTIQUES .


FONCTION VOCALIQUE.


 

SYSTÈME  CONSONANTIQUE  DE  L’ÉCRITURE.

Les  oppositions  entre  les  articulations  glottalisées  et  non  glottalisées et  entre  les  modes  sourd et  sonore  ,   chuintant  et   sifflant   du  maya  ,  actuellement  parlé , n’ayant  aucune relation  identifiable  dans  les  textes  préhispaniques ,  la  valeur  consonantique  du  signe  est  non  marquée  , par  convention  , lorsque  ces  traits   distinctifs  caractérisent des  phonèmes  du  yucatèque  moderne :


La  première  colonne  de  ce tableau    représente   les  18  signes du     système  de  base  de  l’écriture ;   elle  s’augmente  de   variantes ( vari.)  dans  la  seconde :   

1. Les  formes  01, 02 et  03   ne  sont que   des  modifications    graphiques  d’un  seul  signe  auquel  s’applique   les  valeurs  des  occlusives  bilabiales  non  nasales .

2. Les  dentales  non  nasales  sont  associées  à  6  signes  dont  trois  ne  sont  que  des  variations  par  itération  d’un  segment .

Dans  la  description   des  faits ,  les  signes    et      se  différencient    par  les    valeurs    non  marquées   tš   et  č ;  cette  distinction  ne  correspond  qu’aux  termes  d’une  opposition  linguistique    qui  est  notée  / č / ~ / č’/  en  maya  moderne .

Les  phonèmes  qui  sont  en  regard  donnent  les valeurs  linguistiques  des relations   entre une  combinatoire  de  ces  signes  et  une  distribution  de  ces  phonèmes  dans  le  parler  de  nos  contemporains  mayas ; il n’en  faut  certes  pas  conclure à une  identité  de   deux  états  de  langue .

Quelle  que  pût  être  la  nature   des  changements  phonologiques ,  cette  évolution  présumée  ne  masque  aucunement  la  parenté  linguistique avec  le  yucatèque ; c’est  par  cette langue  moderne  que  s’accomplissent  les  valeurs  linguistiques   de  l’idiome  en  usage  à  l’époque préhispanique . 

Cette  langue  étant  commune  aux  Mayas  de  la  péninsule  et  aux  Lacandons  dont  Bruce (op.cit.:11)  disait  naguère  que leurs différences linguistiques n'étaient guère plus importantes que celles qui sont relevées entre les parlers  lacandons , aucune  distinction  n’est  faite  , dans  ce  document  ,entre  ces  deux  usages .

Suite:4. L'écriture des mots


  Les données  présentées  ont été  déposées  à l ' I.N.P.I. .
Haut de page